Vous allez arriver dans quelques instants à cette gare transparente à laquelle
il est si beau d'arriver à l'aube comme le permet ce train dans d' autres saisons.
II fera encore nuit noire et au travers des immenses vitres vous apercevrez les
lumières des réverbères et les étincelles bleues des trams. Vous ne descendrez
pas à l' Albergo Diurno, mais vous irez jusqu'au bar où vous demanderez
un caffe latte, lisant le journal que vous viendrez d'acheter tandis que la lumière
apparaîtra, augmentera, s'enrichira, s'echauffera peu à peu. Vous aurez votre valise
à la main lorsque vous quitterez la gare à l'aurore (le ciel est parfaitement pur,
la lune a disparu, il va faire une merveilleuse journée d' automne), la ville paraissant
dans toute sa rougeur profonde , et comme vous ne pourrez vous rendre ni via
Monte della Farina, ni à l'Albergo Quirinale, vous arrêterez un taxi et vous lui
demanderez de vous mener à l'hôtel Croce di Malta, via Borgognone,
près de la place d'Espagne.

Michel BUTOR, La Modification 1957

Je disois des commodités de Rome, entre autres,
que c'est la plus commune ville du monde, et ou
l'étrangeté et différance de nation se considere
le moins; car de sa nature c'est une ville rappiecée
d'etrangiers; chacun y est comme chez soi.

Michel de MONTAIGNE, Journal de voyage en Italie, 1580-1581

C'est grand, voilà l'idée qui revient sans cesse.

Hyppolite TAINE, Voyage en Italie

L'ennui est ici dans sa capitale.

CHATEAUBRIAND, correspondance, 1803

Tout est décadence ici,
tout est souvenir,
tout est mort...
Ce séjour tend à affaiblir
l'âme, à la plonger
dans la stupeur.

STENDHAL, préface aux Chroniques italiennes

Je sors de la fameuse Chapelle Sixtine; j'ai assisté à la messe du pape,
à la meilleure place, à droite, derrière le cardinal Consalvi, j'ai entendu
ces fameux castrats de la Sixtine.
Non, jamais charivari ne fut plus dégoûtant :
c'est le bruit le plus offensant que j'aie entendu depuis dix ans.
Des deux heures qu'a duré la messe, j'en ai passé une et demie
à m'étonner, à me tâter, à sentir si je n'étais point malade,
à interroger mes voisins.
Malheureusement, c'étaient des Anglais,
gens pour qui la musique est lettre close.

STENDHAL, Rome, Naples et Florence, 1826

On obtiendra tout d'un ouvrier romain, excepté le travail.

Émile ZOLA, préface à Rome.

Entre les petits d'en bas et les puissants d'en haut, il n'existait pas encore une bourgeoisie solidement installée,
forte d'une sève nouvelle, assez instyruite et assez sage pour être l'éducatrice transitoire de la nation.
La bourgeoisie, c'étaient les anciens domestiques, les anciens clients des princes, les fermiers qui louaient
leurs terres, les intendants, notaires ou avocats, qui géraient leurs fortunes; c'était le monde d'employés,
de fonctionnaires de tous rangs et de toutes classes, de députés, de sénateurs, que le gouvernement avait
amenés des provinces; et c'était enfin la volée des faucons voraces qui s'abattaient sur Rome.

Émile ZOLA, préface à Rome.

Tout homme de lutte et de fièvre doit y mourir d'ennui.

Émile ZOLA, préface à Rome.

Venise Florence retour Naples